This website will not display properly without JavaScript enabled. Ce site ne peut pas s'afficher correctement sans JavaScript.

Articles (71)

Saint-Saëns l’Algérien 9 octobre 1835 – 16 décembre 1921

Premier séjour : octobre – novembre 1873 C’est en octobre 1873 que Charles-Camille Saint-Saëns arrive à Alger : « Vous montez sur un beau navire, vingt-quatre heures après vous débarquez à Alger ; et c’est le soleil, la verdure, les fleurs, la vie[1] ! » Enchanté par ce qu’il découvre, il écrit dans une de se...


Le conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique d’Alger (1946-1964)

Résumé biographique de Gontran Dessagnes Depuis le décès de Gontran Dessagnes (Cholet, 25 mai 1904 - Toulon, 29 juillet 1978), pianiste concertiste, chef d'orchestre et compositeur qui connut de son vivant une carrière musicale de grand renom, l'œuvre innovante de ce précurseur en bien des domaines est tombée dans u...


Les politiques musicales françaises en Algérie sont-elles coloniales ? Une étude du cas algérois

L’histoire de la musique algérienne est un sujet d’intérêt assez neuf dans le champ de l’histoire coloniale de l’Algérie. Il est principalement travaillé par des chercheurs issus de disciplines autour de l’histoire – anthropo-logie, musicologie, littérature notamment –, mais son exploitation dans les questionnements ...


Un apprenti en médecine dans la dernière décennie de l'Algérie française

Ce texte est un témoignage sur la formation et l’apprentissage de la médecine en Algérie dans les dix dernières années de l’Algérie coloniale. En justice, un témoignage doit être libre, impartial et éclairé. Celui-ci sera totalement libre, éclairé si possible, mais non pas impartia...


Témoignage d’un interne des hôpitaux d’Alger...

...nommé au dernier concours français Ma présence ici est due à Françoise Nordmann, rencontrée à Alger en janvier 2016 lors de la commémoration de « l’appel à la trêve civile » d’Albert Camus, Françoise à qui j’adresse mes affectueux remerciements, car c’est elle qui m’a mis en relation avec Jea...


Hygiène et domination coloniale en Algérie française

Entre 1885 et 1913, les possessions ultra-marines françaises sont passées de moins d’un million de kilomètres carrés à treize millions. Extraordinaire expansion. Elle est sans précédent dans l’histoire du pays. Lequel, devenu la deuxième puissance impériale du monde après la Grande-Bretagne, est désormais conf...


Les médecins de colonisation

Des acteurs de la santé publique en Algérie Une courte saynète, parue dans La Voix des Humbles en 1929, commence dans une commune rurale d’Algérie lorsque le caïd local rappelle à la population l’arrivée des « roumis sanitaires [1] », à savoir le médecin de colonisation et la sage-femme – en f...


Les « Libéraux d’Algérie » victimes d’une amnésie historique ?

Pourquoi ceux que nous appelons les « Libéraux d’Algérie » n’ont-ils pas entendu parler ou lu un certain nombre de leurs devanciers qui avaient attiré l’attention de leurs lecteurs et des hommes politiques sur le caractère quasi inéluctable de la révolte permanente des Algériens colonisés ?...


Regards interculturels en situation extrême

Giuseppe Bottai, ancien ministre et ancien gouverneur de Rome devenu légionnaire dans la Légion étrangère française, et Vittorio Sereni, le poète, fait prisonnier par les forces américaines en Sicile (1943), détenu brièvement en Tunisie et deux ans en Algérie dans des camps de concent...


Les avocats « indigènes » dans l'Algérie coloniale

Du déni du droit d'exercer aux défis de l'indépendance (1881-1962) L'émergence, dans les trois derniers quarts de siècle de l'Algérie coloniale, d'une mince phalange d'avocats d'origine musulmane a constitué un enjeu contradictoire dans le combat démocratique : — le barreau participe de l'organisation générale des pouvo...


Dernier Lien en ligne

PDF le-lien-69.pdf    (besoin de mot de passe ?)

Récents

Par thème

Par année

Newsletter


Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons
L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons publie une revue annuelle, Le Lien, qui figure au répertoire international des périodiques. Celle-ci est diffusée aux adhérents et sympathisants en France, en Algérie et Outre-mer. Tous n’ont pas connu Max Marchand et ses compagnons, mais ils croient à la tolérance, à l’humanisme, à la fraternité, à la solidarité et à la paix. Si vous, qui venez de lire ce texte, croyez à ces valeurs, nous serions heureux de vous accueillir pour travailler ensemble, au sein de l’association.