This website will not display properly without JavaScript enabled. Ce site ne peut pas s'afficher correctement sans JavaScript.

Articles (68)

Mireille Nicolas, « De ma terrasse d’Ibn Khaldoun »

Mireille Nicolas a réuni les lettres que lui adressait sa famille lors de sa première année d’études supérieures à Aix-en-Provence en 1961-1962, puis au cours des deux premières années de l’indépendance algérienne jusqu’au départ pour la France en juillet 1964 ; elle y a joint pl...


Générations de la coopération en Algérie, 1962-79

L’indépendance de l’Algérie en juillet 1962 ne marque pas, en dépit de la radicalisation des violences sur les derniers mois, de l’incendie de la bibliothèque universitaire par l’OAS et de l’assassinat d’enseignants, principalement les six administrateurs des centres sociaux, de rupture dans les engagem...


Coopération en Algérie, l’édition pédagogique

Il m’a été impossible de préparer cette communication ainsi que je le souhaitais en étudiant l’action des différents éditeurs pédagogiques mais il faut reconnaître qu’à l’exception d’Hatier, les autres entrèrent très prudemment dans la coopération en Algérie. Je me limiterai donc à mon...


Gaston Revel, « Un instituteur communiste en Algérie. L’engagement et le combat (1936-1965) »

Gaston Revel naît en 1915 dans l'Aude. Il entre à l'École normale à Carcassonne en 1933, puis intègre l'École normale de La Bouzareah à Alger en 1936-1937 pour enseigner aux musulmans. Très tôt, il est attiré par la politique ; républicain, proche du Front populaire, il s'intéresse à la guerre d'Espa...


Pierre et Claudine Chaulet, un engagement algérien

Pierre Chaulet, né à Alger en mars 1930 et Claudine Guillot née à Longeau (Haute-Marne) en avril 1931 se rencontrent en décembre 1954 chez André Mandouze, professeur de langue et littérature latines à Alger depuis 1946 et engagé pour l’autonomie de l’Algérie depuis son arrivée à Alger. Pierre, sous la direction de Mandouze, pré...


Hommage de Jean Amrouche aux six inspecteurs des centres sociaux assassinés par l’OAS

23 mars 1962. Séance de commémoration à la mémoire des six inspecteurs des centres sociaux, assassinés à Alger le 15 mars (trois jours avant la signature des accords d’Évian) par un commando de l’OAS, organisée par le groupe d’études et de rencontres des organisations de jeunes et d’éducation pop...


Itinéraire d’un engagement : Emmanuel Roblès

Tout d’abord, je tiens à remercier l’association des Amis de Max Marchand et Mouloud Feraoun et particulièrement son président, Jean-Philippe Ould Aoudia, d’être à l’origine de cette journée consacrée à la commémoration de deux vieux amis, Mouloud Feraoun et Emmanuel Roblès. Pour tracer cet itinéraire : l...


Mouloud Feraoun et Emmanuel Roblès. Le «Journal et Plaidoyer pour un rebelle» - Amitié et engagement

(À Jean-Claude Xuereb) Le titre de mon intervention affiche deux noms, deux œuvres et deux notions. Toutefois la mention des œuvres auxquelles je me réfère est centrale sans être exclusive dans mes propos.  Ce qui m’intéresse, à partir d’elles, est d’interroger deux amis dans le lien d’un engagement...


Relations franco-algériennes : des engagements exemplaires, une leçon pour le présent

Les relations entre l’Algérie et la France ont évolué en dents de scie depuis l’indépendance de notre pays. Otages d’enjeux politiciens, elles ont été souvent instrumentalisées dans le sens d’intérêts catégoriels. Pourtant cela n’a pas été toujours le cas et paradoxalement, aux...


Les nouveaux historiens : recherches sur la guerre d’indépendance de l’Algérie

Les 9 et 10 novembre 2012, s’est tenu à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis un colloque international intitulé : Entre continuités et ruptures générationnelles. Les recherches sur la guerre d’indépendance algérienne cinquante après, organisé par le professeur Aïssa Kadri, directeur du département « Maghreb-Europe » et les jeunes historiens Moula Bouazi...


Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons
L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons publie une revue annuelle, Le Lien, qui figure au répertoire international des périodiques. Celle-ci est diffusée aux adhérents et sympathisants en France, en Algérie et Outre-mer. Tous n’ont pas connu Max Marchand et ses compagnons, mais ils croient à la tolérance, à l’humanisme, à la fraternité, à la solidarité et à la paix. Si vous, qui venez de lire ce texte, croyez à ces valeurs, nous serions heureux de vous accueillir pour travailler ensemble, au sein de l’association.