This website will not display properly without JavaScript enabled. Ce site ne peut pas s'afficher correctement sans JavaScript.

Le groupe Aouchem (2/2)


MANIFESTE DU GROUPE ”AOUCHEM”

"Aouchem" est né il y a des millénaires, sur les parois d'une grotte du Tassili. Il a poursuivi son existence jusqu'à nos jours, tantôt secrètement, tantôt ouvertement, en fonction des fluctuations de l'histoire ; il nous a défendu et subsisté malgré toutes les conquêtes intervenues depuis la romanisation. Sous diverses formes. Le signe magique a manifesté le maintien d'une culture populaire, en laquelle s'est longtemps incarné l'espoir de la nation, même si par la suite une certaine décadence de ces formes s'est produite sous des influences étrangères. Ainsi, de tous temps, à travers les œuvres des artistes-artisans une rigueur intellectuelle, caractéristique de notre civilisation, du nord au sud, s'est maintenue, exprimée notamment dans des compositions géométriques.

C'est cette tradition authentique qu'Aouchem 1967 affirme retrouver, non seulement dans les structures des œuvres mais aussi dans la vivacité de la couleur. Loin d'une certaine gratuité de l'abstraction occidentale contemporaine, qui a oublié les leçons orientales et africaines dont était empreint l'art roman, il s'agit pour nous de définir les véritables totems et les véritables arabesques, capables d'exprimer le monde où nous vivons, c'est-à-dire à partir des grands thèmes formels du passé algérien, de rassembler tous les éléments plastiques inventés, ici ou là, par les civilisations, écrasées hier et aujourd'hui renaissantes, du Tiers-Monde. Il s'agit d'insérer la nouvelle réalité algérienne dans l'humanisme universel en formation, de la seconde moitié du XXe siècle.

C'est pourquoi le groupe "Aouchem" s'engage aussi bien en reprenant de grands thèmes mythologiques toujours vivants, en symbolisant l'explosion lyrique individuelle, qu'en s'emparant avec violence des provocations que les drames actuels, d'Afrique ou d'Asie, jettent au visage de l'artiste.

Nous entendons montrer que, toujours magique, le signe est plus fort que les bombes. Nous avons cru discerner des préoccupations similaires de langage chez certains poètes algériens.

Visionnaires réalistes, les "Aouchems" peintres et poètes, déclarent utiliser les formes créatrices efficaces contre l'arrière-garde de la médiocrité esthétique.

MESLI - ADANE - SAIDANI - MARTINEZ - BAYA - BENBAGHDAD - ZERARTI - DAHMANI - ABDOUN

Hamid Abdoun

Mohand (dit Hamid) Abdoun (1929-1998), né un 11 octobre à Boukhalfa près d’Amizour en Kabylie. Fonctionnaire de police.

Peinture de Hamid Abdoun, 1967
peinture, 1967, huile sur toile.

Adane Mustapha

Adane Mustapha, né le 12 mars 1933 au 2, impasse de l’Intendance dans la Casbah d’Alger.
Sculpteur, céramiste, designer et architecte d'intérieur, peintre, caricaturiste.

Adane Mustapha, Vietnam, 1967
Vietnam, 1967
sculpture en plâtre

Akmoun Mustapha

Akmoun Mustapha, né le 5 mai 1946 à Blida, dans une famille nombreuse. Il migre en 1970 en Suisse et travaille comme graphiste dans une imprimerie.

Mustapha Akmoun, 1967
Mustapha Akmoun, 1967, sculpture sur plâtre
pendant l’exposition au Centre culturel du Parti à Blida.

Baya

Baya de son vrai nom Fatma Haddad-Mahieddine (1931-1998). Née un 12 décembre dans une bourgade près de Fort-de-l’eau (Bordj-el-Kifan actuellement), station balnéaire à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alger.

Baya, Sans titre, 1966.
Sans titre, 1966
gouache sur papier,100x150 cm.

Dahmani Mahfoud

Dahmani Mahfoud, né à Blida, plombier et artiste peintre. Réside en France depuis 1972.

Dahmani Mahfoud, L'infirme, 1967
L’infirme, 1967
huile sur toile.

Saïd Saïdani

Saïd Saïdani, né le 18 octobre 1944 à Hussein Dey, un quartier d’Alger. Il réside en France depuis la fin des années soixante.

Saïd Saïdani
Sans titre, 1970 ?
huile sur carton

Denis-Manuel Martinez

Denis-Manuel Martinez, né le 30 novembre 1941 à Mars-el-Hadjadj (ex-Port-aux-Poules)

Denis-Manuel Martinez, À l'année prochaine si nous sommes encore en vie
À l'année prochaine si nous sommes encore en vie, 1966
huile sur serpillière, 72x100 cm

Choukri Mesli

Choukri Mesli, né le 8 novembre 1931 à Tlemcen dans une famille d’intellectuels et de musiciens.

Choukri Mesli, Sans titre
Sans titre, 1967
huile sur natte en 100x240 cm.

Rezki Zérarti

Rezki Zérarti, né le 24 juillet 1938 à Beni-Attar (Taourga près de Boumerdès, ex-Rocher Noir) dans une famille pauvre. Il exerce le métier d’artisan maçon à Aix-en-Provence chez un cousin ; adroit en taille de pierre, il touche à la décoration, la sculpture et la poterie avant de s’adonner à la peinture.

Rezki Zérarti, Mokrani est mort, 1969
Mokrani est mort, 1969
huile sur toile, 75x98 cm

Mohamed Benbaghdad

Mohamed Benbaghdad, né le 4 mai 1941 à Mouzaïaville. Il passe des décors de théâtre à la peinture, puis au journalisme, avant de revenir finalement à la peinture aujourd’hui.

Mohamed Benbaghdad, Sans titre, 1967
Sans titre, 1967
huile, fils, techniques mixtes sur panneau.


Ali Silem
Communication lors du colloque « Être peintre en Algérie : 1950-1970 »
le 14 mars 2014
Texte publié en 2015 dans _Le Lien_ numéro 66


Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons
L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons publie une revue annuelle, Le Lien, qui figure au répertoire international des périodiques. Celle-ci est diffusée aux adhérents et sympathisants en France, en Algérie et Outre-mer. Tous n’ont pas connu Max Marchand et ses compagnons, mais ils croient à la tolérance, à l’humanisme, à la fraternité, à la solidarité et à la paix. Si vous, qui venez de lire ce texte, croyez à ces valeurs, nous serions heureux de vous accueillir pour travailler ensemble, au sein de l’association.