This website will not display properly without JavaScript enabled. Ce site ne peut pas s'afficher correctement sans JavaScript.

CSE Bulletin de liaison N°9


Attention aux brûlures
PDF

Bulletin de liaison, d'information et de documentation N°9
diffusé par le Service des Centres Sociaux Éducatifs
Château Royal, El-Biar, Alger
Mars-Avril-Mai 1958

Le fichier est au format PDF. Il s'ouvre dans une nouvelle fenêtre.

Sommaire

  • Editorial
  • Lectures pour nouveaux alphabètes
  • Equipement immobilier du Centre Social
  • Stage de Formation Pédagogique et Sociale de Levallois-Perret
  • Pour la Coopération
  • Vulgarisation agricole
  • Vie des Centres
  • La Coopérative d'eau de Bel-Air (texte en arabe)

EDITORIAL

Les bons sentiments, a-t-on dit, ne font pas la bonne littérature; les bons sentiments et la bonne volonté ne suffisent pas à bien faire une tâche éducative. Voici les Centres Sociaux placés devantdes missions non pas exactement nouvelles, mais précisées dans leurs cadres : mission de préscolarisation et de détection des meilleurs éléments confiés ensuite à l’école ; mission de désanalphabétisation des adolescents urbains inemployés ; mission de formation humaine pour ces mêmes adolescents lorsqu'ils sont porteurs d'un petit bagage scolaire; pour les premiers, un cycle de deux années, entre 8 et 10 ans, qui doit les conduire, en élaguant les enseignements annexes ou en les distribuant sous des formes très différentes des formes traditionnelles, du point zéro au niveau cours moyen; les amener à faire en deux ans ce que font les autres en quatre; pour ceux-là, un cycle de six mois pour leur faire acquérir un vocabulaire minimum, leur permettre la lecture courante et leur donner des notions élémentaires de calcul; pour ceux-ci enfin, un cycle de deux ou trois mois, pour faire d’eux des hommes capables de vivre honnêtement et dignement, d’entrer et de tenir leur place dans les milieux du travail, d’être non pas la charge, mais l’élan et l’élément constructif d’une cité. Trois publics, pris dans des milieux différents, à des âges et à des niveaux différents, conduits à des buts différents par des chemins qu’il nous faut nous-mêmes tracer et ouvrir.

On ne laisse pas de nous crier que toutes ces tâches sont ”urgentes”. "Il n’y a pas d’affaires urgentes", me disait un jour un vieux, haut et avisé fonctionnaire, "il n’y a que des affaires en retard". Cela est trop vrai; mais urgence ou retard, on ne bâcle pas des programmes en quelques jours, on n’invente pas du personnel qualifié en quelques semaines. Le danger est évident de ces ”bons moniteurs dévoués et dynamiques”, ayant même des facultés ”d’accrochage”, mais incapables une fois qu’ils ont ”accroché” leurs publics de conduire quelque part ce train à qui nul n’a fixé de destination; le danger est évident d’un activisme facile et factice, d’une animation superficielle et éphémère, qui ne débouche sur rien.

Si nous acceptons les trois missions définies ci-dessus, c’est que, au contraire de certaines initiatives qui ne sont que généreuses, elles font, partie de constructions cohérentes et que la continuité de l’effort éducatif y est garantie; c’est aussi que, là encore, d’une manière très précise, les Centres Sociaux sont le trait d’union entre le groupe sous-évolué et l’institution à laquelle nous parviendrons à accrocher le groupe. La première tâche n’a de sens que si elle permet en effet d’insérer dans l’école ceux qui méritent d’en bénéficier et, deuxième condition, si cette école même, n’abandonnant plus à 14 ans un jeune insuffisamment formé, mais prolongeant ses cycles par des cours complémentaires d'enseignement général ou professionnel, mène l'adolescent jusqu'au bout du chemin. Les autres tâches n'ont de sens que parce qu'elles sont le rassemblement préalable, l'information donnée sur le parvis de l'usine ou du centre de formation et qu'elles constituent le premier pas du groupe vers l'emploi et le salaire. Et toutes présupposent un ensemble soigneusement élaboré de programmes et de méthodes, un personnel particulièrement qualifié, si l'on ne veut pas, par précipitation et par goût des verticales dans les graphiques, courir à l'échec.

On trouvera dans, ce bulletin, comme dans les précédents, quelques aperçus sur nos recherches pédagogiques et sur la formation de nos cadres. Nous avons parfois tendance à considérer que ceci constitue aujourd'hui l'essentiel presque de notre tâche, formés que nous sommes à croire à l'importance, dans toute construction, éducative, de la solidité des soubassements.

Du reste, le sérieux d'une doctrine et la qualification d'un personnel, cela n'empêche pas les "bons sentiments", et nous savons d'autre part la place que doivent avoir dans notre action quotidienne le "dynamisme", le dévouement, le respect de l'homme.

Ch. ACUESSE


Dernier Lien en ligne

PDF le-lien-69.pdf    (besoin de mot de passe ?)

Récents

Par thème

Par année

Newsletter


Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons
L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons publie une revue annuelle, Le Lien, qui figure au répertoire international des périodiques. Celle-ci est diffusée aux adhérents et sympathisants en France, en Algérie et Outre-mer. Tous n’ont pas connu Max Marchand et ses compagnons, mais ils croient à la tolérance, à l’humanisme, à la fraternité, à la solidarité et à la paix. Si vous, qui venez de lire ce texte, croyez à ces valeurs, nous serions heureux de vous accueillir pour travailler ensemble, au sein de l’association.