This website will not display properly without JavaScript enabled. Ce site ne peut pas s'afficher correctement sans JavaScript.

CSE Bulletin de liaison N°10


Attention aux brûlures
PDF

Bulletin de liaison, d'information et de documentation N°10
diffusé par le Service des Centres Sociaux Éducatifs
Château Royal, El-Biar, Alger
Juillet 1958

Le fichier est au format PDF. Il s'ouvre dans une nouvelle fenêtre.

Sommaire

  • Editorial
  • Equipe Pédagogique et Centre de Production
  • L'équipement immobilier du Centre Social (fin)
  • Stage de formation pédagogique et sociale à Levallois-Perret (suite)
  • Technique cinématographique pour analphabètes
  • Bibliographie
  • Texte en arabe : « Technique cinématographique pour analphabètes »

EN GUISE D’EDITORIAL

Le problème de la coordination de nos efforts avec ceux de l’enseignement primaire est une de nos préoccupations constantes.

C’est dans la perspective de cette coordination que s’inscrit l’action engagée depuis le mois de Juillet par le Service des Centres Sociaux, sur la demande que Monsieur le Recteur de l’Académie d’Alger nous a adressée dans la lettre suivante:

Le Recteur de l’Académie d’Alger,
Directeur général de l’Education Nationale,

Monsieur le Chef du Service des Centres Sociaux._

J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur l’importance que j'attache au rôle que les Centres Sociaux doivent dès maintenant jouer dans le domaine de la scolarisation.

En attendant que commence à Oued-Fodda l'expérience de scolarisation intégrale d’un secteur déterminé, je vous prie d’inviter chaque centre en fonctionnement à porter un effort particulier sur les enfants qui dans son rayon d’action ne bénéficient pas de la scolarisation. Je souhaite que tout enfant qui n’a pu être admis à l’école reçoive du Centre Social une formation élémentaire ; il voüs appartiendra de voir, en fonction de l’âge de l’enfant et des possibilités aussi bien de votre Service que de l’école même, s’il y a lieu d’envisager de lui donner une formation qui lui permette d’accéder ultérieurement à l’école traditionnelle ou si vous devez assurer, par vos propres moyens, cette formation élémentaire.

De toutes façons, il est indispensable que, dans le rayon d’action d’un Centre Social, aucun enfant ne parvienne à l’âge de 14 ans sans savoir lire, écrire et compter.

J’estime que vous devez employer d’une façon très souple le plus grand nombre de moyens pour donner aux enfants ces éléments d’instruction. Ainsi la période des vacances scolaires peut permettre à vos Centres de regrouper les enfants dont la scolarisation a été retardée et qui ont peine à suivre les cours normaux ou encore d’amener à un niveau élémentaire des enfants non scolarisés leur permettant l’accès de l’école le 1er octobre prochain. D’une façon générale, tout ce qu’il vous sera possible de faire pour élargir votre action recevra mon approbation. Je sais, que déjà, dans certains cas et avec l’accord de MM. les Inspecteurs primaires et Directeurs d’écoles, des locaux scolaires sont utilisés par du personnel de votre Service après les classes terminées ou les jeudis et dimanches. De telles initiatives doivent se multiplier.

Il va de soi cependant que cet effort plus systématique du Service des Centres Sociaux à l’égard des enfants non scolarisés d’âge scolaire ne peut être entrepris et poursuivi qu’en liaison étroite avec les autorités académiques et l’école. En particulier, je souhaiterais que, avant la fin de l’année scolaire, chaque Centre puisse établir en accord avec les Directeurs d’écoles et pour la période correspondant à la fermeture des classes, une sorte de programme d’action à l’égard des enfants non scolarisés ou attardés de façon à établir la liste ou le nombre de ceux que l’école pourra recevoir à ses différents niveaux et de ceux qui resteront des usagers du Centre.

J’attacherai du prix à être tenu informé des résultats qui au ront pu être obtenus par votre Service dans le nouvel effort qui lui est demandé.

Le Recteur, signé :
CAPDECOMME


Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons
L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons publie une revue annuelle, Le Lien, qui figure au répertoire international des périodiques. Celle-ci est diffusée aux adhérents et sympathisants en France, en Algérie et Outre-mer. Tous n’ont pas connu Max Marchand et ses compagnons, mais ils croient à la tolérance, à l’humanisme, à la fraternité, à la solidarité et à la paix. Si vous, qui venez de lire ce texte, croyez à ces valeurs, nous serions heureux de vous accueillir pour travailler ensemble, au sein de l’association.